Le secret de la synergie entre UX Designer et développeur

Dans chaque équipe de développeurs, il y a un ou plusieurs UX designers. Et ces deux parties doivent forcément coopérer pour assurer un produit efficace adapté aux besoins des utilisateurs.

Certains diront que les développeurs sont trop “carrées” alors les designers, eux, sont plutôt souples et décontractés et qu’une synergie entre eux parait impossible. Pourtant quelques petites actions suffisent pour assurer une collaboration efficace entre eux. 

1- Travailler par pair 

2- Amusez-vous ensemble 

3- Ayez de l’empathie 

4- La confiance c’est primordial ! 

1- Travailler par pair 

Oui, par pair, on veut dire un développeur avec un UX designer… Vous ne voyez pas l’intérêt d’une telle mesure ? !

Pourquoi un UX designer s’intéresserait-il au code d’un développeur back-end ? Et pourquoi un développeur s’intéresserait-il il à la conception de prototype des designers ou aux interviews avec les utilisateurs ? Et surtout, pourquoi l’entreprise investirait-elle du précieux temps et de l’argent dans cette démarche ? 

Très simple pour une bonne collaboration, il faut se comprendre, comprendre la méthodologie, les habitudes et comprendre quelles sont les difficultés par lesquelles passent chaque équipe. 

À part ca, les développeurs et les UX designers ont beaucoup à apprendre l’un de l’autre. La différence entre leurs rôles, leurs caractères et leurs cursus, crée une opportunité de développement très riche. 

Une telle tentative prendra du temps à s’installer. Beaucoup d’effort et de sera mis en œuvre. Mais les deux parties sauront en fin de compte travailler ensemble et apprécier une telle collaboration. 

2- Amusez-vous ensemble 

Travailler ensemble, c’est bien ! S’amuser ensemble, c’est mieux. 

Et oui, quoi de mieux qu’une bonne tasse de café ou un bon tour de ping-pong pour surmonter les tensions rencontrées dans le milieu de travail ? 

Mettez vos problèmes et vos petits soucis de côtés et appréciez un moment de plaisance. Prenez la peine de connaître l’autre en tant que personne et partagez même avec lui des blagues et des rires, on vous assure, il ne vous mordra pas… 

Ceci vous permettra de troquer les mauvais souvenirs que vous avez l’un de l’autre pour de bons souvenirs. 

On vous promet que le lendemain, l’atmosphère sera beaucoup moins tendue. 

Bien sûr, ici, c’est à l’employeur d’investir dans de telles activités. Les développeurs et les UX designers eux n’ont plus qu’à faire l’effort de se déplacer et de passer un bon moment….

3- Ayez de l’empathie 

C’est l’élément clé pour réussir la collaboration entre les deux parties.

L’empathie vous permettra que l’UX design est bien plus que “rendre les choses joliment présentées” et que les développeurs sont plus que des personnes “coincées derrière leurs claviers”.

Un peu d’empathie améliora nettement les discussions entre les deux cotées. Effectivement, vous éviterez des disputes et des tensions au sein de l’équipe, qui sont souvent dû à une mal-compréhension du point de vu de l’autre et de ses priorités et à une mal interprétation de ses propos. 

Connaître le rôle qu’occupe l’autre partie et les difficultés par lesquelles il passe permettra de mieux comprendre ses positions et ses avis et surtout de les respecter. 

Les UX designers verront que les développeurs sont eux aussi créatifs. Cette créativité se manifeste dans leurs méthodes de résolution de code et d’amélioration de la structure du produit. 

Les développeurs, quant à eux, comprendront que les UX designers suivent eux aussi une méthodologie de travail et se basent sur une data, des études et des objectifs à atteindre dans leur design.

4- La confiance c’est primordial ! 

Une fois que vous avez atteint cette étape, on peut dire que avez réussi. 

Plus besoin d’être à coté l’un de l’autre pour avoir confiance en ce que chacun réalise.Plus besoin d’être à coté l’un de l’autre pour avoir confiance en ce que chacun réalise. Quelques arguments des deux cotés, à peine, et un compromis sera vite trouvé. Ainsi, tout le temps qu’a investit l’entreprise dans le travail à deux et les activités de groupe seront récompensés par un gain de temps beaucoup plus important et surtout durable. 

Le UX designer est la personne la mieux placée pour rendre le produit compréhensible par l’utilisateur. Alors que le développeur, lui, maîtrise ce que comprend l’ordinateur. Donc une collaboration entre les deux partie est plus qu’essentielle. Mais évidemment, chacun soit y mettre du sien. Entreprise, designers et développeurs doivent tous faire un effort pour assurer une bonne collaboration. 

Vous voulez découvrir le UX design , lisez notre article ici : LES 7 FONDAMENTAUX DU UX DESIGN

Qu’est-ce qu’un Data Analyst

Ce métier est apparu avec les dernières avancées technologiques. Dès son immersion dans le monde professionnel, il a soulevé plusieurs questions. Et jusqu’à l’heure actuelle, il intrigue un bon nombre de personne. 

1- Définition et rôle

2- Relation avec le Big Data

3- Profil du Data Analyst 

4- Comment devenir Data Analyst

5- Évolution professionnelle 

1- Définition et rôle

Le Data Analyst, aussi connu sous le nom de Data Miner est chargé de la gestion et de l’analyse des données. Il est responsable du Big Data de l’entreprise et de l’architecture des bases de données. 

Il veille à bien choisir les sources de données fiables, des critères de segmentation et de sélection des données et surtout de leur interprétation pour assurer la bonne prise de décision.

2- Relation avec le Big Data

Dans cette ère numérique, les quantités d’informations reçues par les entreprises sont phénoménales. Traiter autant de données par un moyen humain ou à travers les outils informatiques traditionnels est une tâche impossible. 

C’est là même le rôle du Data Analyst. Il intervient pour filtrer, sélectionner, analyser les données et en tirer les indicateurs significatifs.

Les données qu’il traite peuvent être relatives aux clients, aux produits, à la performance de l’entreprise. 

3- Profil du Data Analyst 

Le profil du Data Analyst est celui d’un technicien hautement qualifié.

Il doit avoir suivi des étudess poussées en statistiques, mathématiques et en économétrie ou avoir un master en Big Data.

Il est aussi préférable d’avoir une formation ou une expérience dans les domaines du marketing et de la relation client.

Il doit avoir des compétences particulières dont : 

Maîtrise des outils informatiques : pour traiter les informations, il sera, en effet, amené a utiliser des outils du Big Data, comme Hadoop, Spark.

Maîtrise en statistiques : l’objectif du Data Analyst est de dégager des indicateurs et des tendances dans le but de dégager des recommandations concernant la démarche et la stratégie des entreprises. 

Des connaissances en marketing et en relation client : il est bien connu que le client est au cœur de l’entreprise. Le Data Analyst, conseillera surtout la direction par rapport à la stratégie marketing et des relations clients.

Des compétences personnelles : À part le cursus universitaire et les compétences technique demandées, le data scientist doit avoir des compétences tels que la rigueur, la concentration, l’organisation, l’esprit d’analyse, aisance rédactionnelle et la pertinence. 

4- Comment devenir Data Analyst 

On l’a déjà mentionné, pour devenir Data Analyst, il faut avoir un bac+4 ou un bac+5. 

Mais concernant le diplôme en lui-même, il peut être dans plusieurs domaines à savoir ; le Big Data, Business Analytics, Marketing, ingénierie et application des masses de données, cycle ingénieur…

5- Évolution professionnelle

Après avoir acquis quelques années d’expérience et les compétences nécessaires dans l’entreprise a gérer son CRM (Comment devenir Data Analyst) ou GRC (Gestion de la Relation Client), le Data Analyst peut devenir un data scientist. Ce dernier traité des données beaucoup plus volumineuses et surtout provenant de plusieurs sources, à l’encontre du data analytics qui lui utilise une seule source. 

Il peut aussi entamer une carrière de Ingénieur Business Intelligence ou Data Engineer.

D’autres postes managériaux sont aussi une option tels que le Data Security Manager, du Chief Data Officer ou du Master Data Manager.

Le Data Analyst est un poste clé pour l’entreprise, chaque décision de la direction est basée sur les recommandations de celui-ci. Il est, aussi, le principal conseiller en matière de stratégie marketing. 

Le Responsive Web Design en quelques mots

Le Responsive Web Design est l’une des tendances incontournables dans la création de site web, mais malgré son importance ce concept reste enveloppé dans l’ambiguïté pour beaucoup de personnes. 

Si vous êtes l’une de ces personnes voici une petite introduction pour mieux comprendre le Responsive Web Design phénomène et les moyens qui peuvent vous aider à l’implémenter dans vos sites web.

responsive picture 1

I. Définition 

II. Le Pourquoi ?

III. Le Comment ?

1. Grilles fluides

2. Requêtes médias

3. La balise meta viewport

4. Média responsive

I. Définition 

Le Responsive Web Design est une approche de création de pages Web qui s’adaptent ou se redimensionnent en fonction du type de dispositif sur lequel il est affiché. Cela pourrait être un écran d’ordinateur de bureau surdimensionné, un ordinateur portable ou des appareils avec de petits écrans tels que les smartphones et les tablettes. 

II. Le Pourquoi ?

Chaque année on a de plus en plus de nouveaux dispositifs sur lesquels on peut consulter les sites internet (Iphone 5, 6, 7, 8…, Ipad, Ipad mini, Androïd, Ordinateur portable, Ordinateur bureautique…). Avec autant de tailles d’écrans différentes, on a besoin de fournir à tous les visiteurs la même qualité de navigateur pour ne pas en perdre. 

Suite à cette évolution, le Responsive Web Design s’impose pour répondre aux nouveaux besoins et pour gagner du temps et de l’argent en développant un seul code pour l’ensemble des dispositifs.

Google recommande aussi aux webmasters de mettre en place une version responsive et il va même jusqu’à mettre en avant les sites optimisés pour les mobiles au sein de ses résultats de recherche.

responsive picture 2

III. Le Comment ?

Pour rendre une page web responsive on doit travailler avec l’une des méthodes suivantes :

1. Grilles fluides

Les grilles permettent de structurer le contenu de votre mise en page. Grâce à des repères horizontaux et verticaux, vous aurez une armature sur laquelle vous pourrez organiser vos textes et images.

Dans le cas du responsive design, nous utiliserons une grille fluide qui, contrairement à une grille traditionnelle, se redimensionnera en fonction de la taille de l’écran et peut s’adapter à n’importe quelle largeur, car elle utilise des unités relatives de mesures telles que des pourcentages ou des unités em, au lieu des unités fixes telles que les pixels.

2. Requêtes médias

Les requêtes médias (media queries) vous permettent d’appliquer différentes règles de styles CSS en fonction du type d’appareil (impression ou écran par exemple) et de ses caractéristiques (la résolution d’écran ou la largeur de la zone d’affichage (viewport) par exemple).

En d’autres termes, les sites web utilisent des requêtes médias pour appliquer certains styles compte tenu de la taille de l’écran.

3. La balise meta viewport

Dans certains cas, le responsive web design utilise également la balise meta viewport des médias lorsqu’un périphérique ne peut pas déterminer la largeur initiale ou l’échelle d’un site web, ce qui empêche les requêtes médias de se déclencher. Pour lutter contre cela, on utilise la balise meta viewport. 

La balise meta viewport possède généralement une échelle initiale de valeur height ou width définie sur 1, ce qui résout le problème de ne pas reconnaître échelle du site en utilisant le ratio entre la hauteur de l’appareil ou la largeur et la taille de la fenêtre d’affichage.

4. Média responsive

Les média responsive ou flexibles sont des médias (images, vidéos et autres fichiers multimédia) flexibles avec une largeur relative à leur conteneur (parent) pour qu’ils ne débordent pas lorsque celui-ci se restreint.

Afin d’assurer que les fichiers ne vont pas au-delà de leur ‘parent’ et que l’échelle est bien basée sur la taille de l’écran, la largeur (width) doit être en pourcentage.

Maintenant que vous connaissez les astuces pour rendre votre site web responsive, on vous conseille de les essayer par vous même. La pratique vous aidera à les mémoriser et à devenir plus habile.

Pour plus de lectures sur le développement web : 

Le Retour des Sites Web

Pourquoi Choisir JavaScript

Decouvrez React

Decouvrez React

Les 7 Fondamentaux du UX Design

Les 7 fondamentaux du UX design

Pourtant, sous les feux des projecteurs depuis un bon moment, Le UX design reste ambigu pour bon nombre de personnes. Cette discipline intéresse spécialement les professionnels du marketing et du développement. 

Dans cet article, nous allons faire le tour des fondamentaux de l’UX design. 

1- Le UX design, c’est quoi ? 

Le UX design est une discipline dont le but est de maximiser la satisfaction des clients. Il vise à augmenter les performances d’un site web ou d’une application mobile et donc leurs trafic à travers une ergonomie architecturée et structuré selon les attentes et les besoins de l’utilisateur.

2 – Relation UX et UI 

Le UX est à ne pas être confondu avec le UI design ( user interface ou interface utilisateur). Les deux notions sont intimement liées, certes, mais différentes. Car si l’un est focalisé sur le design ( l’UI design) et donc sur les couleurs, les visuels, les mises en pages…..L’autre englobe la partie stratégique, technologique et design. Le UX inclut une prévision des attentes des utilisateurs et une satisfaction de celles-ci, en assurant une ergonomie de l’interface et en la rendant intuitive.

UX UI

3- l’UX repose sur les besoins de l’utilisateur

Le mot “besoin” est un mot clés dans le UX design. Effectivement, votre but ultime sera d’anticiper l’usage de l’utilisateur, de prévoir ce qui rend son utilisation facile et ce qui la rend moins pratique. Aussi, vous devez penser à l’ergonomie de votre interface, donc à la faciliter d’utilisation, à sa praticité et son accessibilité. 

Pour cela, il faut bien sûr bien connaître votre utilisateur et jouer sur son émotion. Et là, c’est l’aspect psychologique qui entre en jeu. Vous devez rendre votre utilisateur HEUREUX. 

4- Le taux de rétention en UX

Bien sûr, la mesure du succès du UX se fait de manière qualitative et quantitative.

En quantitative, vous pouvez consulter la notation de votre application et l’analyse des feed-backs concernant celle-ci.

Pour la méthode qualitative, qui est la plus fiable, vous pouvez évaluer votre taux de rétention, qui est la partie de l’utilisateur qui continue d’aller de visiter régulièrement votre application ou site web.

Seuls les géants comme Facebook et Amazon gardent un taux de rétention supérieur à 90 % par rapport à une moyenne de 11 %. 

Donc un taux de rétention au-delà de 30 % est déjà une réussite. 

taux de retention

5- Qui peut faire du UX design ? 

Le métier de UX designer n’est pas accessible à tout le monde. C’est un corps de métier à part entier. 

Un UX designer doit savoir les caractéristiques de tous les supports; tablettes, desktop, tablettes… Il doit aussi tenir compte des usages et technologies comme la rotation sur le mobile.

6- Les caractéristiques d’un UX design réussi 

Comme on l’a dit, le UX design passe par l’ergonomie. Une architecture et une interface organisée, logiques et cohérentes sont, donc, primordiales. 

Dans votre conception de votre UX design, soyez alors : 

Clair et concis, pour que l’utilisateur trouve facilement ce dont il a besoin, concis et coopératif pour aider l’utilisateur dans son éxpérience de navigation. 

7- Le UX design se base sur 7 étapes 

Comprenez les attentes : on en a déjà parlé au début de l’article, pas besoin de revenir là-dessus. 

Concevez les premières fonctionnalités: ceci se fera en fonction des attentes qu’avez estimé dans l’étape précédente.

Élaborez une structure : préparer la structure de votre interface en définissant les éléments et les organisant. 

Réalisez les premiers schémas : le prototype d’interface utilisateur est primordial, il vous permettra d’avoir une représentation visuelle simple a confectionner qui vous servira dans l’étape suivante.

Faites un “focus goup” : présenter vote prototype à un focus groupe. Les feedbacks que vous allez tirer de cette étape sont très précieux. En fonction du résultat de cette étape, vous effectuerez les changements nécessaires.

Reproduisez l’étape précédente : vous devez reproduire cette étape autant qu’il le faut pour arriver à la satisfaction de vos utilisateurs.

Démarrer la conception : maintenant que vous êtes sûr de l’adaptabilité de votre site web ou application aux attentes de l’utilisateur, vous pouvez commencer votre conception sans aucune crainte.

Pour plus de détails concernant les étapes du UX design, vous pouvez lire notre article; LES 7 ÉTAPES DU UX DESIGN

etapes

Vous l’avez bien compris, l’utilisateur est au cœur du UX design. Cette discipline requiert des connaissances aussi bien techniques que psychologiques et analytiques. C’est l’un des domaines les plus en vogue de 2019 et on comprend pourquoi !

Quand La jeunesse Tunisienne lutte contre le chômage

Le chômage est le principal défi de la jeunesse tunisienne. Diplômés ou pas les jeunes semblent s’inquiéter de leurs avenirs professionnels. Le taux de chômage atteint 15.3% au deuxième trimestre 2019, un taux alarmant qui préoccupe même les plus jeunes d’entre eux. 

Heureusement, les Tunisiens ont compris que les métiers technologiques sont les métiers du futur. La preuve, plus que 6000 candidatures ont été reçues pour le programme de bourse “1000Coders” de GoMyCode et Drosos. 

Le début de 1000Coders 

GoMyCode vise à préparer les jeunes aux métiers technologiques du futur et à former la prochaine génération de développeurs et les connecte avec les entreprises qui construisent le monde de demain. C’est dans cette optique que nous nous sommes alliés à Droso, une organisation qui a pour vocation d’aider les enfants, les adolescents et les jeunes adultes défavorisés à prendre leur vie en main, pour lancer “1000Coders” en juillet 2018.

Ce programme a pour but de permettre aux jeunes Tunisiens diplômés à la recherche d’emploi et passionnés par le développement web d’entamer une carrière en tant que développeur FullStack Junior et d’avoir la chance de pouvoir se projeter dans une carrière qui a du sens et qui leur permet de vivre dignement.

La vision du projet : 

L’objectif est d’aider une partie de la jeunesse tunisienne à sortir d’un chômage qui dure depuis des années et d’un contexte socio-économique fermé et ne présentant pas de vraies perspectives. 

Le programme vise également à promouvoir la culture du numérique en Tunisie et à sensibiliser les jeunes à l’importance du numérique dans ce nouveau monde à travers l’organisation d’événements spécifiques. (hackathons, software workshops, demo days, meetups, conferences tech, game competitions…)

Le déroulement du programme : 

Après un process de sélection, se déroulant dur 3 étapes : présélection, entretien, confirmation finale, les bénéficiaires du programme ont été répartis sur 4 sessions, se déroulant du 2 juillet 2018 au 28 juin 2019 à Tunis, Sousse et Sfax. 

Pendant les 12 semaines, il y eu des ateliers techniques, des cycles de formation en Soft Skills, des hackathons, des meetings…. Dans le but de préparer nos étudiants au monde professionnel et de garantir leur insertion dans des entreprises. 

À chaque fin de session, il y eu un Demo Day, c’est l’opportunité pour nos étudiants de présenter leurs projets à nos partenaires recruteurs et d’avoir une chance d’être embauché par l’un d’eux. 

Le bilan de 1000Coder : une réussite 

Taux de certification des 4 sessions 

  • Nombre d’étudiants : 225 dont 138 boursiers 
  • Taux de certification : 83.5%

Taux d’insertion en entreprises des 3 premières sessions 

  • 6 mois après la fin du programme : 80.75%  

La première session: du 02/07/2018 ⇒ 28/09/2018

Taux de certification 

  • Nombre d’étudiants certifiés : 74 dont 72 boursiers.
  • Taux de certification : 82%

Taux d’insertion en entreprises 

  • 6 mois après la fin du programme : 85%  

La deuxième session: du 01/10/2018 ⇒ 28/12/2018

Taux de certification 

  • Nombre d’étudiants certifiés : 68 dont 33 boursiers
  • Taux de certification : 79%

Taux d’insertion en entreprises 

  • 6 mois après la fin du programme : 85%  

La troisième session: du 07/01/2019 ⇒ 29/03/2019

Taux de certification 

  • Nombre d’étudiants certifiés : 40 dont 18 boursiers.
  • Taux de certification : 90%

Taux d’insertion en entreprises 

  • 3 mois après la fin du programme : 70%  

La quatrième session : du 08/04/2019 ⇒ 28/06/2019 

Taux de certification 

  • Nombre d’étudiants certifiés : 43 dont 15 boursiers 
  • Taux de certification : 83%

1000Coders Rewind :

1000Coders Rewind est la cérémonie de clôture du programme organisée par GoMyCode et Drosos, pour féliciter les étudiants de leur réussite et remercier les partenaires pour leur participation, elle vise à fêter le résultat de l’effort de toute une année de travail. 

Elle a eu lieu le samedi 28 septembre à Concorde Hotel Paris. 
Les partenaires et les étudiants présents ont participé à des cercles de discussions, des espaces de networkings.

Ils ont aussi signé le mur de 1000Coders, notre petite surprise pour immortaliser ce moment. Et surtout, ils ont célébré avec nous la réussite du programme 1000Coders autour du gâteau préparé à l’occasion. 

Le Deep learning, c’est quoi?

L’apprentissage profond, plus connu sous Deep Learning est une des principales pratiques du Machine Learning et de l’intelligence artificielle. 

Vous êtes de ceux qui se posent des questions concernant cette technologie ? Lisez le reste de l’article, et le Deep Learning n’aura plus de secrets pour vous…

1- Le deep learning, c’est quoi ?
2- Fonctionnement du Deep Learning
3- Deep learning VS machine learning
4- Les utilisations du Deep Learning

Quote Deep learning

1- Le Deep Learning, c’est quoi ? 

Le Deep Learning est un dérivé du machine learning dont les techniques ont évolué durant les dernière décennies. L’algorithme du Deep Learning permet à la machine de passer d’un état d’exécution à un état d’auto-apprentissage.

Le concept lui-même a été inspiré du fonctionnement du cerveau humain. En effet, il repose sur un réseau de neurones artificiels. 

2- Fonctionnement du Deep Learning

Comme on vient de citer le système du Deep Learning, se compose de centaines de couches de réseaux de neurones artificielles ayant chacune un poids différent. 

Les informations circulent à travers ces neurones. Chaque couche est analysée après celle qui la précède, ainsi, le système reconnaîtra les chiffres avant la date, et les lettres individuelles avant les mots. 

La première couche collecte les détails de l’information qui lui a été présentée et la réponse que le système produit émane de la dernière couche de neurones. 

Mais ça ne s’arrête pas là. Une fois la réponse émise, le réseau la compare avec la bonne réponse fournie par un humain. 

Si la réponse est bonne, le réseau la sauvegardera et s’en servira dans d’autres situations. Si, au contraire, la réponse est mauvaise. Le réseau enregistre l’erreur et réajuste le poids de chaque neurone. Cette action corrective se répète des milliers de fois.

Le but étant, ainsi, d’avoir la bonne réponse dans n’importe quelle circonstance. 

Bien sûr, ça sera plus simple de comprendre moyennant un exemple concret.

Imaginons une photo d’un portable, si le système le reconnaît, il enregistra, tout simplement, cette réussite. S’il l’identifie en tant qu’une calculatrice par exemple. Il devra revisiter la charge exercée sur chaque neurone. Ceci se répétera avec tout erreur jusqu’à ce que le système sache reconnaître un téléphone peu importe sa marque, sa couleur, l’angle sous lequel il est photographié.

3- Deep Learning VS Machine Learning 

Le Deep Learning et le Machine Learning ne sont pas si différents. Comme on l’a déjà mentionné précédament, le Deep Learning est une technique du machine learning. 

difference

La principale différence consiste dans les bases du Machine Learning et le Deep Learning. 

Pour le Machine Learning basique, la “Structured Data” entre en jeu. En effet, si on revient à notre exemple précédent, il faut étiqueter les images de téléphone portable et de calculatrice en définissant les caractéristiques distinctives de chacun. Ces données seront largement suffisantes pour que l’algorithme apprenne. Après celui-ci continuera de fonctionner en fonctions de ces étiquettes qu’il a compris et en fonction desquelles il classifiera toutes images qui lui sera donnée. 

Le Deep Leargning, quand à lui, aura une autre approche. Il n’a pas besoin de “Structured Data” pour différencier les deux photos. Son réseau de neurones artificiels envoie lui-même les caractéristiques des images qui sont traitées à travers les différentes couches. 

Ceci dit, l’intelligence artificielle reste le domaine le plus large, elle est un ensemble très vaste de technologies stimulant de l’intelligence artificielle. 

différence 2

4- Les utilisations du Deep Learning 

Le Deep Learning a permis un progrès immense dans plusieurs domaines, notamment dans la reconnaissance vocale, le traitement automatisé du langage, la traduction automatique et la reconnaissance faciale. 

Mais Facebook n’est pas le seul à avoir recourt au Deep Learning pour la reconnaissance faciale. D’autres domaines l’on intégré dans leur quotidien. 

Le diagnostique médical, par exemple. Les chercheurs ont, effectivement, pu standardiser le processus de détection de tumeur cérébrale en fonction de leurs profils de méthylation.

On peut aussi parler de l’exploration spéciale, Ari Silburt et ses collègues ont utilisé un réseau de neurones pour automatiser le comptage des cratères. 

Bien sûr, on n’en finira pas avec les exemples : la voiture économe, les chatbots, pour automatiser le comptage des cratères…..

Vous l’avez bien compris, le Deep Learning, enfant du Machine learning, lui-même descendant de l’intelligence artificielle gagne du terrain. À présent, on associe forcement Data Science et intelligence artificielle à ce domaine. 

Alors allez-vous vous lancer dans le Deep Learning ? 

Découvrez plus la Data Science ici : https://gomycode.co/blog/les-portes-que-vous-ouvre-la-data-science

Why Choose Unity

As a gaming instructor at Go My Code, it came as no surprise that every weekend I and my students used Unity as our engine to create the products of our dreams. The following post will showcase why we as a team of both instructors and program creators use unity over other engines that are available.

The industry of gaming

The video game industry is a behemoth chugging along at full throttle and showing no signs of slowing down. At Go My Code we are aiming on becoming the next generation of the 21st century school that will change the way we learn/teach computer science. As we are driven by the industry it came as no surprise for us to use Unity engine as the source for game development track. Being called the best engine in the millennial, it offers multiple options for novices as well as professionals who are working on creating 2D or 3D video games. Being based on the usage of graphical options and backoffice coding rather than the typical usage of simple monotonous coding scripts, Unity offers our students the possibility to enter the world of video game creation via easy means, this allows them to be easily able to engineer and start their careers without the prejudice of the scripting science holding them down.

Technicalities with Unity:

Technically speaking unity offers endless possibilities to those who are starting the path of game development, letting them work with both C# and javascript it contributes into the possibility of letting the flow of scripting being easy rather than confined by the tight spaces of orientations. Add to that, the engine is a powerful tool that allows users to render complex images and graphical designs, hence, they are capable of establishing full sets of environments in both 2D and 3D aspects. Moreover, using unity is like landing the holy grail as you are capable of using one source to rule them all, as you create one game then build it to different platforms ranging from the computer to different mobile platforms. With a set of simple drag and drop instructions that you use in the menus you are all set to build the same game to different plug-ins that are available either by downloading them or ones that are already set in the engine. This can only be enhanced by the community that is basically the backbone of unity, as they answer all and every question in different methods, allowing the user to find the answer that they have been looking for with ease.

What about the future?

Futuristically speaking, unity holds the keys to the future age of gaming, being the main engine used to set up VR playing, you can easily get used to it as it included in the engine or you can download it from their website, this sci-fi set is easily used and anyone who managed to work on the unity 3D environment will be able to work on the VR setting and establishing their future based game. Moreover, many large companies and indies alike have discovered the power and versatility of the Unity engine. What you may not know is that there are non-gaming companies that use the engine as well. Unity is being used for research, simulation, and demonstration by companies all over the world. I could go on and on about that, but let’s just stick to the games for now. If you go to Unity’s game gallery, you can see some of the amazing games already made with the Unity game engine. This gallery is just a small sample. What you’ll hopefully notice is that the games all look and play completely differently. This is a true testament to the versatility of the Unity game engine. This is a tool that helps you uniquely design and develop your project’s vision and implement it your way.

In a nutshell The Unity game engine is an incredibly powerful and versatile tool for the development of your projects. Features like the visual editor, full and robust scripting, the Mecanim animation system, and multi-platform build support set this engine leaps and bounds ahead of its peers. The amazing community and supported asset store is just icing on the already very tall cake.

” Koussay Khelil” – Current Lead external services developer -Previous head of game.

Read more about The game industry here : https://gomycode.tn/blog/levolution-des-jeux-video

Découvrez React

React est une bibliothèque qui ne gère que l’interface de l’application. Il devenu une référence incontournable pour tous les développeurs. Il se différencie par sa flexibilité, sa simplicité et sa performance. 

Dans ce qui suit, nous allons vous présenter les principaux détails qui démarquent React des autres bibliothèques ou frameworks.

React repose sur la composition

React repose sur la composition

Avec les derniers émergeants de la communauté open source, la composition est très en vogue et nous allons expliquer quels sont ses avantages.

D’abord, commençons par expliquer qu’est ce que le composant.

Un composant est par définition une partie de l’application. Chacune de ses parties peut créer à leurs tours d’autres applications. On parle de composition. Une page web n’est alors rien d’autre qu’un arbre de composants dont les feuilles sont des balises html classiques.

Des composants réutilisables, testables

Un composant isolé du reste d’un layout est plus facilement réutilisable, il suffit de le brancher aux bons endroits, avec la bonne source de données.

Avec des composants isolés, et bien réutilisés, lorsque vous détectez un bug dans un composant, vous le corrigez partout où vous avez utilisé ce même composant. Lorsque vous modifiez ce dernier, les effets de bord sont limités à ce composant uniquement. 

Ceci permet d’avoir une bonne couverture de tests unitaires. Il faut tester le comportement du composant en ne prenant pas en compte le contexte dans lequel il est.

Les atouts de React

Le premier atout de React c’est ça facilité. Il met en place des concepts qui peuvent être facilement appréhendés mais ce qui pose le plus de challenges chez React c’est le fait de créer une application universelle .

Les principes classiques d’architecture sont chamboulés.

Contrairement à ses concurrents (Angular, Ember ou Backbone) React n’est pas un framework. Il s’agit uniquement d’une librairie permettant de créer des composants, une application React nécessite de repenser sa vision d’architecture. Il n’y a pas de cadre qui vous permettra de structurer votre application (de contrôleurs ou de modèle). Chaque application doit définir sa propre architecture, sa gestion des données, ses règles d’implémentation et d’organisation du code.

Ceci est considéré comme un avantage, car ça va permettre de personnaliser chaque projet. Mais cela peut être à double tranchant parce qu’on a aussi la liberté de faire des architectures non-viables.

Le choix entre React ou Angular font l’objet de nombreux débats sur les forums de développeurs. Une masse d’information perdue, il n’est pas toujours évident de s’y repérer très clairement lorsque l’on est junior en développement JavaScript et que l’on cherche la meilleure architecture ou le meilleur framework pour se lancer. Le but ici n’est pas de désigner un gagnant ou un perdant, mais de présenter les avantages et inconvénients de chacun afin de vous permettre d’orienter votre choix en connaissance de cause.

D’autres avantages de React 

Beaucoup plus facile à apprendre que Angular par exemple. 

React exige de bien revoir ses bases en HTML et ne réclame pas de syntaxe complexe.

React est centré sur JavaScript en encapsulant le HTML dans JS. Angular est plus centré sur HTML, qui est moins robuste.

La communauté

ReactJS a eu le potentiel pour séduire rapidement la communauté des développeurs JS et ceci se justifie encore grâce à React Native qui permet de publier des applications natives iPhone (et Android prochainement) en écrivant du JavaScript. C’est plus simple.

C’est ce qui lui donne un avantage concurrentiel par rapport aux autres notamment, AngularJS est bien évidemment sa flexibilité et ses, c’est plus libre.

La longévité

C’est le rythme par défaut dans le monde de la technologie et surtout le monde du digital. Ceci peut être considéré comme étant un avantage et aussi un inconvénient, car il faut toujours être à jour tout le temps (et donc son potentiel nouveau fonctionnement). La modification où l’ajout d’un module sur votre application nécessite la maîtrise totale et parfaite du framework. Mais pourquoi s’embêter avec un framework contraignant et exigeant, qui contient des pans entiers de fonctions que vous n’utiliserez jamais ?

Vous pouvez tenter de faire l’autruche, mais les bugs vous rattraperont toujours. Alors qu’avec React JS, vous pouvez utiliser certaines fonctionnalités des nouvelles versions sans avoir à migrer tout votre code.

L’intelligibilité

ReactJS produit du code simple à lire, il permet de déterminer les fonctionnalités de votre application. Ce qui est essentiel pour la maintenance et l’expansion de votre projet dans le temps.

JSX, le langage de ReactJS

Un langage spécialisé à ReactJS est utilisé appeler JSX,ce langage est capable de se mixer avec JavaScript et HTML. Vous pouvez toujours écrire votre app ReactJS en JavaScript natif, mais nous vous suggérons très fortement d’essayer cette nouvelle syntaxe, car elle vous permet d’écrire vos composants très facilement. Être capable de mettre une touche de HTML dans vos fonctions de rendu sans avoir à concaténer vos chaînes, c’est fantastique ! Et après quelque temps cela devient très naturel.

Maintenant vous connaissez tous les détails concernant React. Il ne vous reste plus qu’à prendre votre courage à deux mains et de le découvrir par vous même.

Pourquoi participer aux hackathons?

hackathon vertical

C’est la nouvelle tendance, les hackathons ! Entre les clubs et les associations qui en organisent tout au long de l’année, vous avez l’embarras du choix ! Et à présent, les entreprises s’y sont aussi mises. 

Mais bien sûr, le hackathon ne fait pas l’unanimité. Plusieurs ont encore du mal à saisir le but de ce concept.

Si vous faites parti des réticentes faces aux hackathons, on a concocté pour vous cet article. Peut-être qu’il vous fera changer d’avis…Un réseau immense !  

1. Un réseau immense !

Un bon développeur n’est pas seulement une personne qui maîtrise le code et certains langages. C’est aussi celui qui intègre un réseau riche en talents dont il s’inspire et avec qui il partage sa passion. 

Et puis le portefeuille professionnel est un atout majeur dans le monde de l’informatique. 

En cas de blocage, vous pouvez y avoir recours pour vous aider. Un regard neuf sur votre travail peut se montrer utile. 

2. Travaillez votre créativité et votre sens de la logique

La créativité et le sens de la logique sont des compétences qui se travaillent. Ne compter pas trop sur l’inné car si vous le délaissez, lui aussi, vous laissera tomber un jour ou l’autre. 

Testez votre aptitude à innover n’est pas à prendre à la légère. Cette gymnastique de l’esprit permet de vous habituer au processus de création de nouvelles idées, à trouver des solutions innovantes et efficaces à des problématiques qui différent d’un hackathon à un autre. 

Le fait de travailler sur des projets de A à Z vous oblige à penser à tous les aspects d’un projet et non pas seulement à la partie concernant le développement. Brainstorming, développement, analyse de faisabilité, étude de marché, BMC… Vous devez participer à toute étape menant au résultat final. Celui qui sera présenté devant le jury. 

À part la pratique, vous pourrez développer votre sens de la créativité en vous inspirant, inconsciemment peut-être, des personnes que vous rencontrez, des discussions que vous avez avec eux, et de leurs idées de projets. Bien sûr, on n’est pas en train de vous inciter à copier les idées des autres, mais votre cerveau analyse et décortique toute information qu’il reçoit et à force de voir des idées innovantes votre cerveau va s’en inspirer pour en créer d’autres propre à lui.

3. Codez plus vite

L’habilité d’un développeur est le résultat de sa pratique. Dans les hackathons, vous avez 24h pour faire du brainstorming, coder et architecturer l’application. Vous apprenez à être rapide, flexible et réactif pour respecter la deadline qui vous est imposé. Et les deadlines dans le monde professionnel vous en aurez. Les clients demandent souvent un produit irréprochable, mais aussi prêt le plus tôt possible.

coder

4. Votre CV 

Les diplômes et les certificats sont, certes, appréciés, mais pas autant que le CV et le portefeuille. Car la compétence d’un développeur s’évalue par les projets qu’il a accompli. Normal, vu qu’il reflète réellement ses compétences et ce dont il est capable. 

Donc faites le tour des hackathons et accumuler les projets, votre recruteur n’en sera que ravi. 

5. Habituez-vous à la diversité

Dans le monde professionnel, vous serez amené à travailler en équipe, en collaboration avec le marketing, les clients externe, les RH. 

Travaillez au sein d’une équipe lors d’un hackathon, vous permettra, à vous développeur, de vous habituer à travailler avec les autres, ceux qui influencent et qui sont influencés par votre travail, et d’avoir des connaissances générales sur plusieurs domaines. Mais aussi, à vous, marketeur, financier ou gestionnaire d’avoir une idée sur le dévéloppement et sur les technologies les plus récentes. Il faut bien suivre le courant…

6. Les feedbacks

Les feedbacks de vos co-équipiers et surtout du jury sont peut-être une des raisons principales pour lesquelles il faut participer aux hackathons. 

Un feedback constructif d’un professionnel n’a pas de prix. Sinon, comment comptez vous progresser ? 

Considérez le feedback comme un conseil gratuit… Vu comme ça, les feedback sont beaucoup plus appréciés non ? 

En parlant de gratuité, on ne peut pas mentionner les “goodies” distribués lors des hackathons dans un autre point. Mais bon, on sait qu’ils sont la source de motivation de beaucoup ! Donc on y fait, quand même, un petit clin d’œil.

feedback

Vous êtes une entreprise ? 

Et si vous cherchez à motiver, évaluer et à former vos employés à la fois, les hackathon sont une approche parfaite. 

En proposant un thème en relation avec vos buts et votre stratégie d’entreprise, vous créez un environnement propice au développement de nouvelles idées et de solutions à certains problèmes actuels. 

Aussi, vous pourrez détecter les talents cachés de votre personnel. 

N’oubliez pas la récompense pour motiver et inciter vos employés à participer. Et surtout essayez de concrétiser le maximum de bonnes idées qui naissent du hackathon. 

Alors convaincu ? Les hackathons sont une étape primordiale par laquelle passe tout bon développeur. Et, surtout, gardez à l’esprit que le plus important, c’est d’en profiter pour acquérir le maximum de connaissance et d’expérience et non pas de finir premier. 

Rendez-vous au prochain hackathon ? 

Les jobs les plus attirants de 2019

D’ici quelques années, il y aura une mutation et une évolution continue des métiers. Sans surprise, les métiers du Data et du digital sont de plus en plus réclamés pour répondre à la demande des firmes qui désirent adopter une approche « user centric » et classer et filtrer les produits et services en fonctions des retours des clients. On peut considérer ce phénomène comme une 4ème révolution industrielle ou révolution digitale, ces nouveaux métiers apparaissent dans des domaines variés comme la santé, l’aéronautique,le transport, ou encore la production industrielle . Voici un petit aperçu des métiers en vogue de 2019:

INTÉGRATEUR WEB

L’intégrateur Web construit la mise en pages d’un site Internet en y incorporant les éléments graphiques (tableaux, textes, images…) et sonores. Il place également les balises nécessaires pour obtenir la mise en page voulue. Son rôle se situe donc après celui du développeur et du Web designer. Il veille à l’harmonie entre la page codée et la maquette. Il doit aussi vérifier la compatibilité entre les différents standards et les navigateurs (Firefox, Chrome…) et autres supports (tablettes, téléphone).
Salaire brut mensuel. Environ 1.700 euros (débutant) salaire entre 500 et 800 dt.

INGÉNIEUR CLOUD COMPUTING

L’ingénieur cloud computing a pour mission le déploiement, le stockage et de la gestion des données sur des serveurs implantés en dehors de l’entreprise, dans des data centers. C’est un spécialiste des logiciels, de réseaux, de l’architecture des algorithmes de l’optimisation des consommations d’énergie de ces dernières et de la protection des données sensibles. 
Salaire brut mensuel. Débutant : 2.700 euros. Intermédiaire : 3.600 euros. Confirmé : 4.500 euros 

DATA SCIENTIST

Le lieu d’activité d’un Data scientist est principalement les pure players , les agences de marketing, les banques en ligne , boutiques en lignes, etc…, le data scientist est un expert de l’analyse et de la gestion de données en volume. Il collecte des millions d’informations disponibles sur Internet, puis imagine des concepts permettant de les faire parler, de les interpréter et d’en faire sortir des indicateurs intelligibles et fiables. Le métier peut être réparti en trois domaines : data miner (collecte et analyse des données), data analyst (construction de bases de données et gestion), data scientist(interprétation des données).
Salaire brut mensuel. 4.000 euros en France et environs 1400 dinars par mois.

DESIGNER UX/UI

L’évolution très rapide des technologies liées au Web modifie les compétences requises du web designer, notamment sur smartphones,tablettes et autres objets connectés. Le designer UI(design de l’interface utilisateur) gère le lien entre la machine et l’utilisateur (conception de l’interface, optimisation de la navigation, créer un contenu de qualité). En outre, le designer UX(design de l’expérience utilisateur) a pour rôle d’assurer un storytelling, afin d’émouvoir l’internaute. 
Salaire brut mensuel. Entre 2.500 et 3.000 euros pour un profil débutant et en Tunisie en min 900 Dt.

GAME DESIGNER

Le game designer reçoit son rôle après le chef de projet. Une fois qu’il y a eu ciblage, que le type de stratégie et le budget ont été définis, il crée alors le gameplay, c’est-à-dire à la fois les règles, les fonctions à utiliser et toutes les possibilités d’interaction offertes au joueur. Il a pour mission de convertir un scénario écrit en jeu virtuel, avec scènes, personnage, situations et décors. En contrôlant constamment le budget de développement et en veillant à la satisfaction des clients 
Salaire brut mensuel. De 1.600 à 2.000 euros pour un débutant, et jusqu’à plus de 3.500 euros pour un game designer expérimenté en Tunisie environs : 1000dt/mois 

CHEF DE PROJET E-CRM

Le chef de projet e-CRM (electronic customer relationship management) se situe au centre des fonctions, informatiques, marketing et vente. Il assure le marketing relationnel pour l’ensemble des dispositifs de l’entreprise et met en œuvre des campagnes de GRC destinées au Web. Ses objectifs : mieux cerner les besoins consommateur, le fidéliser pour développer les ventes et créer du profit. Il définit la stratégie d’exploitation de la base des données client, et met en œuvre les solutions e-CRM pour proposer les produits les plus proches du profil des internautes.
Salaire brut mensuel. 2.400 euros environs 900 Dt/mois en Tunisie.

DIGITAL BRAND MANAGER

Le digital brand manager pilote la notoriété de la marque. Il élabore le plan stratégique de l’image de l’entreprise dans les supports digitaux et veille sur la gestion de sa notoriété. Il met en place des stratégies «e-réputation» et «e-influence» , veille sur leur analyse, leur exécution et leur impact. Il est responsable de la stratégie médias sociaux (conception de dispositifs innovants et créatifs). Enfin, il dirige les projets Web en coordination avec les prestataires externes (rédacteur, blogueur, graphiste) et les équipes techniques informatiques. (applications) 
Salaire brut mensuel. 4.500 euros selon la marque ou l’entreprise + avantages financiers (selon l’entreprise). Cet emploi est actuellement inexistant en Tunisie.

COMMUNITY MANAGER

Le community manager a pour mission d’intégrer une communauté d’internautes qui sont rassemblés autour d’un même centre d’intérêt. Que ce soit pour une agence, une entreprise ou un site Web, un annonceur, il doit faire évoluer et gérer la présence d’une organisation (association, jeu, marque, produit …) sur Internet et sur les réseaux sociaux. Afin de fédérer et animer les liens entre internautes, il utilise principalement les plateformes sociales, comme Facebook, Twitter,YouTube,instagram mais aussi les blogs et les forums. Il transmet le message de l’entreprise à la communauté et lui adresse en retour les feedbacks des internautes concernant la communauté.
Salaire brut mensuel. 2.000 euros pour un débutant. Augmentation rapide et en Tunisie entre 500 dt et 1000dt.

DATA PROTECTION OFFICER

Le data protection officer est responsable des dispositifs informatiques de protection et de conformité des données de l’entreprise. L’action du data protection officer consiste également dans l’organisation de la sécurité. Il veille à la bonne répartition des responsabilités, à garder dans le coffre-fort les données jugées confidentielles ( listes de mots de passe, codes de cryptologie, clés symétriques…).
Salaire brut mensuel. 2.800 euros (débutant) France et environs 1000 DT /mois en tunisie .

WEB EVANGELIST

Le Web evangelist est un technicien/développeur qui a pour mission de faire intégrer une marque ou une start-up. Pour cela, il assure la veille stratégique et technologique, la fédération et l’animation d’une communauté (community evangelist). Il écrit des articles, gère un blog, participe à des conférences et participe à des événements grand public ou professionnels. C’est à la fois un communicant et un vulgarisateur qui travaille en coordination avec les équipes marketing, les annonceurs publicitaires et les commerciales (business developer).
Salaire brut mensuel. 2.400 euros (débutant), 5.000 euros (confirmé) travail actuellement inexistant en Tunisie.

Donc, on peut dire que les métiers technologiques séduisent, c’est la raison pour laquelle les jeunes ont fait le pari dessus. Un pari qui semble gagnant vu que les opportunités concernant ces métiers se multiplient.