7 raisons pour choisir Node.JS

Node.JS, une plateforme qui s’est créée une place parmi les géants du web. 

Si vous vous demandez encore pourquoi Node.JS a gagné tant de notoriété au sein de la communauté de développeurs, cet article vous aidera à en saisir les raisons. 

1. C’est du JavaScript, c’est simple et rapide !

2. Adapté aux RTA et aux SPA

3. Flexible

4. Une gestion Asynchrone

5. NodeJS facilite la création des microservices

6. Une grande communauté de développeurs

7. Une technologie stable et éprouvée

1. C’est du JavaScript, c’est simple et rapide !

Si vous êtes déjà à l’aise avec JavaScript, alors vous ne devrez pas avoir de problèmes avec Node.JS ! Pas besoin d’utiliser un langage pour le Back-End et un autre pour le Front-End. Ce n’est jamais pratique. 

Avec Node.JS, adieu au compliqué ! Vous pourrez avoir les mêmes pratiques en back-end et en front-end en utilisant une syntaxe assez connue. Et en minimisant la quantité de ressources humaines mobilisées pour effectuer des changements back-end et en front-end. 

JavaScript est souvent utilisé du côté client. Le navigateur (Chrome, FireFox) est muni d’un moteur qui traduit le code JavaScript en code machine et effectue des actions sur la page. 

Avec Node.JS, JavaScript n’est plus seulement utilisé du côté client. Node.JS offre un environnement côté serveur qui prend la place de PHP, Java EE et d’autres langages serveur pour générer des pages web.

Node JS
Node.Js process

2. Adapté aux RTA et aux SPA 

Ne vous en faites pas, on va expliquer ces deux termes. 

RTA : Real Time Applications. Ce sont des application qui doivent être mises à jour très fréquemment. Comme messeneger et what’s Up… Imaginez que les mises à jour ont lieu toutes les 24 heures, personne ne les utiliserait, n’est-ce pas ! 

SPA : Single Page Applications. Ce sont des applications qui inclut une seule page html dont le contenu change en fonctions des actions de l’utilisateur. 

Renevons-en à Node.JS maintenant. 

Celui-ci est parfaitement adapté aux SPA et aux RTA. Comment ? 

Imaginons qu’un utilisateur lance une requête de téléchargement et qu’il lance une autre requête, juste après, sans attendre la fin de la première. Les deux requêtes auront lieu en parallèle. 

Node.JS permet donc de créer un code dans un modèle non-bloquant. 

C’est-à-dire que les actions ne sont pas exécuté dans l’ordre de lancement des requêtes.  

Modèle non bloquant
Modèle non bloquant

3. Flexible

Node.JS est très flexible. Les fonctions qui y sont intégrées ne sont pas très nombreuses. Au contraire, vous disposez d’un grand nombre de librairies open-source. Ce qui vous laisse une grande marge de manœuvre. 

Il n’y a pas de charte ni de convention précises à suivre. Vous pouvez avancer à votre rythme en suivant la direction qui vous semble juste tout au long du projet.

4. Une gestion Asynchrone

Vous pourrez avoir une gestion asynchrone d’upload des fichiers volumineux. Ce qui permet d’avoir plus de vitesse des applications web. 

Imaginons que vous souhaitez “uploader” des vidéos ou n’importe quel type de fichiers assez volumineux tout en les liant à une base de données. 

Avec JavaScript, vous pouvez traiter les données et les valider avant même que les fichiers soient totalement “uploadés”, vérifier le type du fichier avant que l’upload soit complet. Et même faire une vignette dès les premiers MO reçus. Ceci est très utile en cas d’erreur. Une non-conformité peut être détectée sans avoir un attendre la fin d’un long upload. 

5. NodeJS facilite la création des microservices

Les microservices sont préférés à l’architecture monolithique pour plusieurs raisons. 

La première est qu’ils assurent une certaine autonomie au sein de l’équipe de développeurs. Plus besoin de perdre du précieux temps à se consulter pour vérifier l’adaptabilité technique des modules. Sans mentionner que ces derniers sont utilisables immédiatement.

En effet, chaque microservice est autonome et possède sa propre base de données. Chose qui rend les mises à plus facile et, surtout, qui diminue le risque des bugs. 

En plus, en optant pour les microservices cloisonnés on peut bénéficier des dernières mises à jour technologiques sans le casse tête de la prise en considération des langages et des frameworks. 

6. Une grande communauté de développeurs 

Node.JS rassemble une grande communauté de développeurs adorant le partage. D’où le nombre énorme de workshops, conférences et meet-ups à propos de Node.JS.

En apprenant une technologie, vous devez bien sûr penser à la communauté qui est autour. Vu que c’est une grande source d’informations et de conseils.

7. Une technologie stable et éprouvée

Les géants les plus influents tels que Netflix, Uber, Ebay…

Node.JS suit une politique très stricte concernant sa mise à jour et sa maintenance. À chaque mise à jour, 18 mois sont consacrés au suivi et 12 mois à la maintenance. 

Dans toutes les versions de Node.JS, on n’effectue pas de changements majeurs qui endommagent votre application. 

Node.JS est donc, le bon choix à faire sur le long terme. 

mise à jour Node JS
mise à jour Node;JS

Si vous êtes un développeur web, vous ne regretterez pas d’avoir choisi Node.JS. C’est une des meilleures technologies à la pointe. Il est moderne, stable simple et rapide. 

Les 7 secrets d’un bon product manager

Toutes les activités des boites en tech dépendent d’un produit technologique. Le product manager est le responsable de définir la vision du produit. Il est au centre du business, de la tech, du design et du client. 
Il est présent à chaque étape de la conception et de la livraison du produit pour assurer sa réussite.

Mais la question qui se pose ; quels sont les secrets pour être un bon product manager. 

1. Gestion du personnel 

En tant que product manager vous n’allez pas développer ou vous occuper de la partie design, mais vous allez les superviser. 
Évidemment, vous n’allez pas travailler tout seul. Bien au contraire, vous allez passer la majorité de votre temps à convaincre les parties prenantes de votre vision et de vos recommandations, qui représentent celles du client cible. 
Vous êtes le responsable du résultat final, comme l’est un coach, d’un match de football. Vous n’allez pas sur le terrain, mais vous orienter ceux qui y vont. 

2. Plusieurs visages

Le premier point nous mène à ce deuxième conseil tout aussi important. 
Manifestement, par plusieurs visages, on ne veut pas dire qu’il faut que vous soyez le roi des hypocrites…
Mais vu que plusieurs facteurs entre dans la conception et la livraison du produit, dont vous êtes le centre. Il faut impérativement que vous maîtrisez plusieurs langages, celui du développeur, celui du UX designer, celui du client et de l’utilisateur…
À chaque fois, vous allez enfiler un chapeau et parler au nom de ce personnage. Vous communiquerez le message du client au développeur et vice-versa. Vous serez une sorte de traducteur. 

Compétences PM
Product manager = UX + TECH + BUSINESS

3. Un NON efficace

En vérité, en est encore en train de tourner autour du premier point. 
Des dizaines de bonnes idées peuvent être proposées, mais, en sa qualité de manager, le PM aura à prendre des décisions d’un point ferme.
Une suggestion qui ne va pas dans le sens de la vision du produit et de la demande de l’utilisateur devra être écartée. 
Attention à ne pas créer des tensions et provoquer la contestation de vos collaborateurs. La dernière chose que vous voulez, c’est de susciter de l’animosité au sein de l’équipe ! Éviter les NON secs et optez pour des “Pas maintenant” “Pas pour le moment” tout en justifiant votre décision avec des chiffres, des études, des demandes du client. 

4. Ne pas se prendre pour le Big Boss

Il est vrai que vous prenez d’importantes décisions au nom de l’équipe, que vous assurez la synergie et la communication entre développeur et designer et que parfois, vous imposer votre vision, mais cela ne fait pas de vous le chef de l’équipe. Vous êtes au centre de votre “team”, mais pas en haut de la hiérarchie. Vous donnez des recommandations, non pas des ordres.

5. Benchmarking

Quand on parle de Benchmarking, on ne parle pas seulement des sites de vos principaux concurrents. 
Vos utilisateurs passent par plusieurs autres sites touchant à d’autres domaines que le votre. 
Vous n’êtes pas un cas unique ! D’autres sites ont rencontré les mêmes problèmes auxquels vous faites face maintenant. S’en inspirer pour voir les solutions qu’ils ont adoptées, est une très bonne idée qui peut vous épargner une perte de temps considérable ! 
Bien sûr, il est hors de question de tomber dans le copier-coller et la duplication aveugle du travail des autres. L’entreprise ayant le site sur lequel vous vous fondez peut se situer dans un autre marché ou être dans une phase de croissance, complètement différente que la tienne. 

6. Penser à aujourd’hui, mais aussi, à demain 

Comme tout bon manager vous devez penser au court terme et au long terme. Quand vous pensez aux actions du jour au jour, au déroulement de la livraison et au suivi de l’équipe, vous pensez au court terme. 
Mais quand vous planifiez les objectifs des prochains mois et ce que votre équipe fera pendant les prochains semestres ou l’an prochain, alors vous êtes dans le long terme. 
Dur de trouver un équilibre entre les deux et d’y penser simultanément. 
Mais ne vous en faites pas, avec l’expérience, ca devrait aller ! 

7. Testez votre produit

Vous ne devez pas conduire le produit jusqu’à son étape finale, mais devez vous mettre dans la peau de l’utilisateur et l’utiliser. Ce test doit être fait quotidiennement, de façon à maîtriser le produit mieux que personne. 
Donc n’oubliez pas de rajouter cette étape à votre agenda google calender. 

quote
Quote feedback customer

Si vous êtes plutôt polyvalent et que les relations humaines sont votre truc, alors le métier de product manager sera votre vocation idéale. Vous serez au centre de l’entreprise et du produit. 
Avec ces quelques conseils, on est sûrs, vous allez assurer ! 

Si en lisant en mentionnant le UX design et le développement, on a intrigué votre curiosité, vous pouvez en lire plus à ce sujet dans nos articles

LES 7 ÉTAPES DU UX DESIGN

LE SECRET DE LA SYNERGIE ENTRE UX DESIGNER ET DÉVELOPPEUR

LES 7 FONDAMENTAUX DU UX DESIGN

COMMENT RECONNAÎTRE UN BON DÉVELOPPEUR ?

Les 7 étapes du UX design

LeUX Design (User Experience Design) c’est un concept orienté utilisateur qui a comme objectif d’adapter l’interface d’un site web sur plusieurs plateformes (desktop ou mobile….), de garantir la qualité de l’expérience vécue par l’utilisateur et de rendre l’interface plus ergonomique et intuitive, en s’appuyant sur les ressentis des utilisateurs. 

Le UX designer est alors chargé de trouver l’équilibre entre la simplicité et  l’esthétique des interfaces tout en garantissant l’aspect fonctionnel et technique de l’application. 

Quote design
quote

Pour aboutir à un UX design optimisé et adéquat aux attentes des internautes et mobinautes, un processus précis doit être suivi! 

Quelles sont les phases du processus UX?

1.Découverte 

2.Analyse 

3.Idéation 

4. Design du prototype

5- La rectification

6. La mise en œuvre 

7- La maintenance 

1.Découverte 

Cette phase consiste à enquêter sur l’utilisateur, à comprendre ses futurs besoins et à connaître leurs attentes.

On parle ici d’empathie, soit la capacité à se mettre dans la place de l’autre et de percevoir la réalité et les faits tels qu’il les voit.

Cette capacité à incarner un personnage et à le comprendre est une étape primordiale. Attention à ne pas la prendre à la légère ! 

Plusieurs méthodes, techniques et outils peuvent être utiles pour accomplir cette tâche, tels que :

Les études sur terrain et les visites de sites.

Les interviews des parties prenantes.

Les données analytiques.

Le Benchmark comparatif.

L’analyse concurrentielle.

2.Analyse 

Une fois les données sont collectées durant la phase de la découverte, elles doivent être ensuite analysées! 

Cette étape permet d’extraire des interprétations à partir des données et les transformer en des indicateurs qui servent comme une base pour concevoir les premières fonctionnalités de la solution à développer.

A ce niveau là, les méthodes utilisées sont comme suit :

Cartographie de parcours

Définition des objectifs mesurables.

La définition des “personas”.

Bien sûr, votre habilité à interpréter et à tirer des conclusions en observant une liste de données entre en jeu. La pratique vous permettra de vous améliorer dans cette étape.

3.Idéation 

Cette étape consiste à dégager un maximum  d’idées de l’analyse faite au préalable. 

 Les workshops d’idéations sont toujours mieux en groupe ! ( Plus on est de fous, plus on rie ! )

Il faut penser à sélectionner les éléments qui doivent être présents dans la construction de la structure de l’interface pour assurer la satisfaction de l’utilisateur.

4.Design du prototype

L’étape du Design comprend deux activités majeures : La définition de la structure et la Réalisation des prototypes.

Une fois que toutes les fonctionnalités clarifiées, on passe à la sélection des éléments que le design doit comprendre afin de garantir la satisfaction des clients.

Les prototypes construits peuvent être un mélange de croquis, des wireframes ou des maquettes (mockups) .

Balsamiq Mockups ou Axure sont deux outils qui peuvent être utilisés pour accomplir cette étape.

Ux = Technologie + stratégie + design
Ux = Technologie + stratégie + design

5.La rectification

Pourquoi le prototype est-il aussi important ? C’est le modèle qui va être présenté à un échantillon représentatif de l’utilisateur type pour avoir un feedback permettant d’effectuer les modifications nécessaires. 

Incapable de prédire les besoins des utilisateurs et de leurs expériences avec une exactitude absolue, le UX designer a besoin d’avoir leurs retours pour perfectionner le prototype créé. 

Cette étape, ainsi que la précédente, sont itératives. Elles doivent avoir lieu autant de fois que nécessaires jusqu’à avoir la satisfaction des utilisateurs des “focus groups”.

6.La mise en œuvre 

C’est l’avant-dernière étape; transformer toutes ces idées et prototypes en application (web ou mobile) en les passant aux développeurs.

Le UX designer reste à la disposition de son équipe en cas de besoin et prend en considération tous leurs commentaires et feedback pour la planification de nouvelles fonctionnalités ou pour faire des mises à jour pour améliorer le design. 

7.La maintenance 

Mais attention, la tâche n’est pas encore terminée pour le UX designer! Il doit toujours garder un œil sur les feedbacks des consommateurs et sur les changements dans leurs attitudes, leurs habitudes et leurs besoins pour effectuer les changements nécessaires au moment opportun.

étapes UX design
Processus idéation : découverte analyse idéation design du prototype rectification mise en oeuvre maintenance

Bien investir dans le processus du UX design ne permet pas uniquement de satisfaire les besoins des utilisateurs, il permet aussi d’améliorer le taux de conversion et de minimiser les abandons. 

Alors que le prix reste toujours un facteur déterminant dans les transactions commerciales, une bonne conception UX est considérée comme un bon moyen d’accroître les acquisitions et les conversions.

Un client satisfait et content est le meilleur ambassadeur de marque !

7 compétences que vous apprendrez en codant

Nul doute que les jeunes doivent se lancer dans l’apprentissage des nouvelles technologies !
Les parents ont l’énorme responsabilité d’encourager leurs enfants et de les pousser vers le domaine de l’informatique. Car même si vos enfants ne comptent pas entamer une carrière en tant que développeurs, le coding leur apprendra plusieurs compétences. 
Et si nous en citions quelques-une ? 

1- Innover “To think outside the box” 

Coder vous apprendra à sortir des sentiers battus. En créant votre produit technologie vous devez penser à tout et surtout surmonter les obstacles que vous rencontrerez. 
Par exemple, après avoir utilisé un framework de testing, pas facile de surmonter les bugs et les failles découverts. Parfois le développeur web doit se montrer très ingénieux pour faire face à ces imprévus et aux “deadlines”. 
Une pratique fréquente du code stimule votre sens de l’innovation et vous permet d’être une personne “orientée solution”. Cela servira n’importe quel corps de métier. Vous ne serez pas “monsieur tout le monde” mais une personne distincte qui sait de distinguer de ses collaborateurs. 

think ouitside the box
think ouitside the box

2- Penser à toutes les possibilités 

Il y a plus qu’une seule solution pour un problème donnée. Et ça les développeurs le savent très bien. Jongler avec le code vous permet d’étudier mille et une possibilité et de penser aux conséquences de chacune d’entre elles. Une fois que vous avez essayé de jouer avec votre code et de tester toutes les possibilités, vous y prendrez très vite goût et vous en ferez une façon de vivre. Toutes vos décisions seront fondées sur les hypothèses et les possibilités que vous aurez étudié au préalable. 
Une fois que vous avez essayé de jouer avec votre code et de tester toutes les possibilités, vous y prendrez très vite goût et vous en ferez une façon de vivre. 

Vous serez un vrai VISIONNAIRE ! 

3- Planifier

Dans votre vie professionnelle ou même personnelle, vous serez amener à vous engager dans des projets dont vous serez l’unique responsable. 
Vous devrez planifier votre approche du début à la fin et construire votre “action plan”. Pas facile !
Coder, c’est découper une tâche énorme en plusieurs sous-tâches plus faciles appréhender et à exécuter. 
Et c’est là la base même de la planification, diviser une action principale en plusieurs actions élémentaires. Cette méthode s’apprend par la pratique, et le code en est un bon exercice. 

4- La résolution de problème 

résolution des problèmes

Évident non ? Le développeur passe une grande partie de son temps à essayer de trouver des solutions à des erreurs. 
L’enfant apprend, en codant, qu’avoir une erreur ne veut pas dire que tout le travail est erroné, mais une partie seulement contient des imperfections qu’il faudra identifier et résoudre. 
La compétence acquise dans le point précédent permet de séquencer le code et de mettre le doigt sur l’erreur et d’y remédier. 
Un développeur adoptera cette démarche dans chaque aspect de sa vie aussi bien privée que professionnelle. 

5- Commencer par la fin 

Pour appréhender un problème, on peut ou bien commencer par ce qu’on a sous la main ou bien par l’objectif qu’on voudrait atteindre. Pour la deuxième possibilité on parle de “backward planning” une méthode que les entrepreneurs connaissent parfaitement. 
Le développeur reçoit la demande du client, souvent accompagnée de plusieurs conditions et une deadline très serrée, et doit faire tout un plan sur comment atteindre cet objectif pour satisfaire son client. Le point de départ étant le produit finale à développer. 
Les compétences d’un développeur et d’un entrepreneur ne sont pas si différents après tout ! 

6- Le souci du détail 

Le développeur doit impérativement faire attention aux moindres détails. Une fonction inutile, une déclaration erronée ou même une virgule manquante peuvent faire des ravages. 
Les data scientists dans l’élaboration de leur modèle prédictif, par exemple, doivent faire attention à des milliers de détails et les prendre en considération, sachant qu’ils travaillent sur des bases de données énormes. 
Développer vous forcera à donner la plus grande importance à ces détails et cette manie ne vous quittera plus. 

7- La patience 

Pas besoin de mentionner les erreurs qui surgissent et qui peuvent prendre des heures voir des jours à résoudre… Créer votre produit technologique passe par plusieurs étapes ; choisir le type de site, son thème, son hébergement, le contenu, le développement …) Tout cela prend un temps fou et avec les obstacles qui peuvent surgir, la patience sera un atout clé pour garder votre sang-froid et effectuer votre tâche à la perfection.

patience
Image patience

Donc, même si devenir développeur ne fait pas partie de votre plan de carrière, apprendre le coding vous permettra d’acquérir plusieurs compétences. Une telle opportunité n’est pas de refus avec la concurrence accrue sur le marché de l’emploi. 
Les parents, aussi, devraient engager leurs enfants dès le jeune âge à coder. On n’est jamais aussi réceptif que quand on est jeune. Ils peuvent par exemple créer leurs propres jeux vidéo, une expérience qu’il vont surement adorer.

Les 5 jobs les plus demandés en Coding

Dur de faire de se retrouver parmi tous ces nouveaux postes qui apparaissent avec l’émergence de la technologie. On a décidé de vous aider à identifier les 5 jobs les plus convoités…

Développeur FullStack JS 

Développeur Back-End  

Développeur Front-End 

Data Scientist 

UX Designer

Développeur FullStack JS 

Le “couteau suisse” des développeurs. Ces compétences ne se limitent pas à une spécialité. Pluridisciplinaire par excellence, sa formation polyvalente lui permet de travailler sur plusieurs outils informatiques. Il maîtrise toutes les technologies nécessaires pour exécuter, à lui seul, un projet de A à Z. Ce profil est évidemment très convoité par les entreprises, vu qu’il leur permet de réduire le nombre d’employés à rémunérer. 

Son rôle dépend de la société dans laquelle il travaille. Généralement, il est responsable sur la partie Front End et Back End d’un projet, de la base de données de celui-ci, ainsi que de son infrastructure et sa structure.

Ses compétences : 

Sens de la logique, pragmatisme, patience et adaptabilités sont des qualités qui définissent le profil d’un développeur FullStack JS. 

En ce qui concerne les compétences technique, ce dernier doit avoir des compétences polyvalentes et maîtriser plusieurs langages qui dépendent du paradigme dans lequel il se trouve. Il touche à tout, surtout aux technologies les plus récentes et aux incontournables JavaScript, HTML, CSS, Node JS, Python…

En sa qualité de grand acharné, il est le développeur qui passe le plus de temps à s’entraîner.

nbr d'heures travail FullStack JS
nbr d’heures travail FullStack JS

Développeur Back-End  

Il développe sur des applications web, desktop et mobile. Son travail n’est pas accessible à l’utilisateur. 

En effet, il travaille sur le Back Office ou admin du site web. Son rôle consiste dans la mise en place, la maintenance et la configuration du serveur. 

Lui aussi, travaille sur l’interface. Il doit s’assurer que celle-ci est conviviale et compréhensible aux autres responsables concernés tels que les “content managers”

Ses compétences : 

Tout comme le développeur FullStack JS, le développeur Back-End doit avoir un sens aigu de la logique et beaucoup de pragmatisme. 

Les technologies qu’il doit impérativement maîtriser sont JavaScript, Node JS et mongo DB, Python…

Les développeurs Back-End, apparaissent dans les catégories qui ont suivi la plus longue formation, à côté des data scientists, avec une moyenne de 8 mois. 

nbr d'années formation
Nbr d’années de formation

Développeur Front-End 

Il n’est ni designer, ni intégrateur, ni webmaster ! 

Le développeur Front-End est apparu avec les applications web “Single Page Application”. Ainsi, le développeur JavaScript moderne doit maîtriser les frameworks évolués tels que React et Angular.

Le fait qu’il ne soit pas un designer, ne veut pas dire qu’il est insensible à l’esthétique, ou l’utilisateur. D’ailleurs, le développeur Front-End collabore avec le UX designer et le UI designer.

Il est aussi responsable du caractéristique “responsive”, “progressive” du site web sur toutes les plateformes. Mais aussi de l’accessibilité du site sur tous les navigateurs. 

Ses compétences : 

Bien sûr…. JavaScript ! Ce langage ne sert pas seulement en Back-End comme le penseraient plusieurs. Un développeur Front-End doit donc maîtriser les frameworks de JavaScript ainsi que ses librairies. Il peut aussi être amené à manipuler HTML ( HTML sémantique par exemple pour rendre l’application SEO friendly ) et CSS pour faciliter l’écriture et la manipulation du code. 

Data Scientist 

Le Data scientist est le spécialiste des données. Il a pour principale mission la gestion et l’interprétation du Big Data. Il se détache des outils statistiques traditionnelles et se retourne vers les services web pour jouer avec les chiffres, dont il est l’expert, pour en tirer des indicateurs et des interprétations sur lequel il s’appuiera pour élaborer les recommandations stratégiques à donner à la direction de l’entreprise. 

Il est le pro des modèles prédictifs de données et des algorithmes. Il les conçoit dans le but de dégager des tendances et consommation, le profil d’un client type ou les attentes du consommateur, par exemple.

Ses Compétences :

Ca va de soi qu’un data scientist doit avoir des compétences en statistiques et en mathématiques. Pas facile de jongler avec autant de chiffres quotidiennement ! 

De la rigueur, de l’organisation et de la créativité sont aussi des qualités qui feront de vous un bon data scientist.

Il doit aussi avoir de l’expérience en Marketing et en Finance, vu qu’il fournit des conseils majoritairement en ces domaines.

UX designer 

Il est le responsable numéro un de l’expérience utilisateur. 

Il ne cherche pas seulement à créer du trafic, mais à séduire l’utilisateur en lui assurant une expérience parfaitement adaptée à ses besoins et ses attentes. 

Pour ce faire, il dresse un portrait de l’utilisateur, en se basant sur plusieurs critères, à savoir, la localisation géographique, l’âge, le genre… et imagine un scénario précis de son expérience. Il se mettra dans la peau de ce personnage et prédira ses attentes, ses motivations et ses sources de frustration.

Une fois cette étape réalisée, il procédera à la décortication et l’analyse de chaque détail et chaque élément de ce scénario afin de les améliorer. 

C’est la phase de l’idéation. 

Enfin, le UX designer verra ces efforts récompensés quand il pourra créer un prototype qu’il soumettra à des tests dans des “focus groups”.

Ses compétences :

Un UX designer doit d’abord être à l’aise avec les outils d’analyse et de benchmark. En effet, c’est à travers ces outils qu’il pourra définir son utilisateur cible. Aussi, il doit avoir une maîtrise parfaite du web marketing et des outils du design. 

Outre que les qualités techniques, le UX designer doit savoir écouter et analyser les remarques données par les “focus groups” par exemple. Il doit aussi avoir un sens de l’esthétique, de l’innovation et de la créativité. 

quote job
quote job

Chacun de ses jobs a ses propres caractéristiques. Pour faire un choix, il faut savoir identifier celles qui vous correspondent. Et n’oubliez pas l’important est de faire le métier qui vous aimez, celui qui vous rend heureux. 

Le Bitcoin, “l’or numérique”

Le Bitcoin est une monnaie cryptographique. En fait, c’est la monnaie numérique qui a le plus de valeur ! C’est un système de transfert et d’échange décentralisé, soit sans structure réglementaire interne. Il repose sur un réseau pair à pair. Les transactions sont anonymes dans une base de données sécurisée : la blockchain.

Dans cet article, nous allons traiter, ensemble, les points suivants : 

1- Comment fonctionne le Bitcoin ?

2- Bitcoin et Blockchain ? 

3- Quelques dates marquantes 

4- Les utilisations du Bitcoin ?

5- Les risques du Bitcoin 

6- Le Bitcoin cash

Comment fonctionne le Bitcoin ? 

Tous les discours glorifiant le Bitcoin reposent sur un argument majeur, plus de sécurité avec une baisse des coûts. Le Bitcoin permet de faire des transaction en évitant de passer par les banques ou tout autres instituts financière. Ainsi, un gain d’argent et de temps est assuré. 

Chaque utilisateur possède et gère son propre portefeuille numérique et les transactions se font entre ces portefeuilles. 

Comment peut-on dire que ces transactions sont sécurisées ? 

Chaque transaction doit être signée par les propriétaires des portefeuilles. Bien sûr, ces signatures sont numériques, elles sont sous forme de clés privées uniques. 

Depuis quand le bitcoin existe-t-il ? 

La première apparition du bitcoin fut en 2008 avec un certain “Satoshi Nakamoto” (probablement un surnom d’un ou de plusieurs individus). Le code source quant à lui, a été publié qu’en 2009.

Bitcoin et Blockchain ? 

D’abord, définissons une blockchain, aussi connue sous le nom de chaîne de blocs, est une technologie de stockage qui permet de distribuer les données sans pouvoir les copier. 

La blockchain est apparue initialement avec le Bitcoin, mais son utilisation a été étendue sur plusieurs niveaux. 

Pour plus de lectures sur la blockchain, vous pouvez consulter nos articles :

9 AVANTAGES OF BLOCKCHAIN

LA BLOCKCHAIN POUR PLUS DE TRANSPARENCE

Donc la blockchain joue le rôle d’un registre public de toutes les transactions effectuées. Une unité de base de données se forme suite à multiples transactions. Cette unité est nommée “bloc”. 

Chaque transaction sauvegarde des informations sur celle qui la précède. Et chaque bloc, garde des informations sur celui d’avant. Ces informations sont publiques, ceci constitue une vraie révolution en terme de transparence de transactions ! 

La blockchain a introduit une méthode de stockage grâce à un code source ouvert qui n’est relatif à aucune entité ? 

La maintenance de la blockchain est effectuée à l’aide de millions d’ordinateurs dont le rôle est de vérifier les transactions et de les ajouter aux blocs. Ces transactions ne peuvent pas être supprimées ni modifiées. Les paiements sont ainsi définitifs. 

Quelques dates marquantes

2008: Première apparition du Bitcoin : Satoshi Nakamoto réserve le nom de domaine bitcoin.org 

2009 : Le Code source du bitcoin a été rendu public. 

2010 : premier objet acheté avec des Bitcoin : une pizza qui a coûté, tenez-vous bien… 10 000 bitcoins. C’est la première fois qu’un bien matériel est acheté par une monnaie virtuelle. Depuis le 22 mai, c’est “Pizza Day”, un jour de célébration pour les amateurs de bitcoin.

En mars 2017, le prix d’un Bitcoin a dépassé le prix d’une once d’or pour la première fois. Il continue à grimper depuis.

Les utilisations du bitcoin ?

Si vous êtes un des amateurs de risque qui ont parié sur le Bitcoin. Vous pouvez dépenser votre monnaie virtuelle sur autre chose que des pizzas ! 

Plusieurs boutiques acceptent maintenant les bitcoins. Vous pouvez faire vos courses, voyager, jouer, faire des dons, investir avec des bitcoins.

Comment ? Il vous faut juste un smartphone, une application de portefeuille Bitcoin, et un code QR. Pratique ! Il suffit de numériser le code QR et il pré-remplira l’adresse Bitcoin du destinataire et le montant en question.

Bien sûr là on est dans un cadre internationale, en Tunisie le bitcoin est toujours mal apprécié et peu accepté.

Les risques du bitcoin 

Très volatil : Et oui ! Sa variation en un seul jour est souvent à deux chiffres. Des baisses allant jusqu’à -25%. De quoi rendre hystériques les traders…

Dans l’histoire de la bourse, une telle baisse est très rare et inéluctablement catastrophique. Dans le monde du Bitcoin, c’est surtout fréquent ! 

Aussi, rien ne garanti que le bitcoin aura un jour une vraie valeur, c’est-à-dire qu’il deviendra une vraie monnaie dynamique. Il est probable qu’il reste à jamais un “cryto-actif”. 

Le Bitcoin cash

En 2019, suite à un “fork”, soit une branche créée à partir du code source, le Bitcoin cach est apparu. Il est la solution suite au majeur bémol du Bitcoin. Ce dernier ne permet pas d’effectuer que 250 milles transactions/jour, à cause de la limite de la taille d’un bloc. Le Bitcoin Cash, lui, permet de traiter 2 millions de transactions/jour avec plus de rapidité et surtout à moindre coût. 

Le revers de la médaille ; le Bitcoin cash mobilise une puissance de calcul très importante. Une faiblesse qui l’a situé à la 4ème position cryto-monnaie.

Après l’apparition de la cryptomonnaie, d’autre monnaie ont vu le jour, l’Ethereum, l’Hyperledger ou le Zcash. Ses monnaies s’échangent pair à pair sur des plateformes. Mais le Bitcoin occupe toujours la première position. Malgré une certaine démocratisation de la cryptomonnaie, on craint toujours le risques des bulles spéculatives. D’où l’interdiction de plusieurs pays de l’utilisation de cette monnaie virtuelle. 

On peut néanmoins dire avec assurance que le Bitcoin fut une vraie révolution dans le monde de la finance. 

Open Data VS Public Data

Did you ever thought about the difference between Open Data and Public Data ? Probably, you did… Most of the poeple can’t establish the distinction between those two concepts. 

So let’s compare them and see how we can differentiate them.

1.What is Open data ?

2. In which industries Open data is used

3. What is Public data ?

4. Open data vs Public data

1. What is Open data ?

The concept of Open data is the same as the open source concept for softwares.

The idea is that a set of data can be available and freely used anywhere, for any purpose with literally no restrictions, copyrights, patents …

It may be in a textual format or in non textual format (pictures, music, maps, mathematical formulas … ).

This concept is highly coupled with government and public sector bodies releasing public information, researchers sharing their results data and publications, universities, NGOs, startups… 

What do we mean by Open? 

sous titre
open data definition

Two main elements could be distinguished while talking about open data: 

Legal and technical openness! 

  • Legal openness is usually provided by a license allowing free access and reuse of data.
  • Technical openness means that using the data shouldn’t be restricted by any technical barrier, it should be available in a readable and accessible format.

2. In which industries Open data is used? 

  • Government

Lately, more governments around the world are implementing Open data strategies in order to increase transparency, participation and government efficiency. 

Since data transparency represent an issue, Open data allow civic agencies to communicate more effectively with citizens and activists.

Governments that adopted the Open data concept created web portals relevant information impacting education, crime, finance, transportation, public health, and more. 

Citizens now have free access for Open data via this web portals that contains easy to use dashboards, interactive maps, and a searchable data index.

  • Research and Science

Research publications and data must be published and openly accessible for multiple reasons: to check the validity of the results, to use the same data as a starting point to other approaches and works, to help students with limited resources with their researches…

Quote Open Data
open science open data
  • Finance and Banking

Open data in this context can have a positive impact on detecting and controlling frauds.

Financial institutions can this data as use statistics to make predictive analysis in order to prepare for market fluctuations and to identify changes in customer preferences.

For example in Tunisia “http://data.industrie.gov.tn/”  is a web portal containing data about energy balances, industry, electricity, studies…

Open Data has a large potential economic value and contributes in Big data’s impact as it enhances transparency and experimentation with allows companies to segmet their market, wich helps the data analyst or the data scientist in the process of decision making. 

3. What is Public data ?

In theory, Public data is meant to be accessible to everyone, but it’s not really the case in practice !

Public data can be defined as the information in the public domain and that exists everywhere freely but can be sometimes inaccessible and if so, via information requests.

Having access to Public data can be tricky, it may need a Freedom of Information Act (FOIA) request. 

And submitting a FOIA request to a government agency can be a very long process, and can cost a fair amount of money.

Besides, Public data is generally unstructured and unruly. “Only 10% of government data is published as open data”

4. Open data vs Public data

It may sound a little bit confusing, but there is definitely a difference between Open data and Public.

  1. Open data represents small portion included in Public data, since Public data is larger.
  2. Open data represents structured and maintained data where Public data is frequently unstructured.
  3. Open data is machine readable while Public data is not.
open data vs public data
open data public data

Governments, NGOs, scientific bodies need to start making a lot more of their Public data as Open data which offers real power from different perspectives. 

Although data sets that are open by governments are very valuable, they actually only represent a fraction of the Public data that exists on the web.

9 Avantages Of Blockchain

Blockchain technology is a relatively new concept and rapidly growing system, it provides an open, decentralized database of every transaction involving value (money, goods, property, votes…)

The first blockchain was conceptualized in 2008 it was implemented the following year by Nakamoto as a core component of the cryptocurrency bitcoin.

This technology creates a digital record using math and cryptography. It can be compared to a linear chain of blocks connected to each other and containing hashed data, and are time stamped.

This chain represents a network whose authenticity can be verified by the entire community.

BLOCKCHAIN QUOTE
BLOCKCHAIN QUOTE

Now that you have an idea about blockchain, what are the advantages of this technology? 

1. Decentralized system 

2. Fraud control 

3. Security 

4. Transparency

5. Independence

6. Open-Source

7. Reduced cost

8. Increased speed

9. Improved market access

1. Decentralized system 

Blockchain is not controlled by a central authority. Meaning that it enables a database to be directly shareable without a central administrator.

Instead of being stored in one single point, the same transaction is stored in multiple nodes there is no central node processing and distributing the data, but every node can run independently and broadcast any work that is proved, so, if any data is lost it can be recovered very easily by copying from other nodes.

2. Fraud control 

Unlike regular databases, blockchains contain every single block of information, from the beginning of time until just a few minutes ago.

Financial fraud can be significantly reduced as every transaction is being recorded on a public and distributed ledger accessible by internauts.

Participants are immediately notified about the completion of transactions, which is both convenient and trustworthy.

3. Security 

Blockchain technology is considered as a highly secure system to store data than any other 3rd party systems.

This is due to the use of cryptographic schemes ensuring complete encryption. 

Blockchain security methods include the use of public-key cryptography.

A public key (a long series of numbers) is an address on the blockchain and data sent across the network are recorded as belonging to that address. 

A private key is compared to a password that gives its owner access to their digital assets.

A digital signature is needed in all transactions through both private and public keys.

BLOCKCHAIN SECURE
BLOCKCHAIN SECURITY

4. Transparency

Using an explorer, and equipped with a user’s public address, it is possible to view their holdings. The record of transactions is also visible by any participant, so it is possible to track transactions in the public, decentralized ledger.

Any change in the logged data is seen by everyone, which adds to the transparency of the blockchain. 

The supply chain is, for example, one of blockchain’s foremost use case management. The technology can allow for the rigid tracking of everything across the supply chain. 

5. Independence

Blockchain allows peer-to-peer (P2P) and business-to-business (B2B) transactions to be completed without the need for a third party. 

Since there’s no intermediaries involvement tied to blockchain transactions, it means they can actually reduce costs to the user or businesses over time. 

6. Open-Source

No single individual or a company develops, sells or owns the software.

Being an open-source software, it is shared freely, transparently developed and published for the community instead of being a single organization or individual’s property with the aim of making a profit. 

Besides, the software, being open source, any alteration of data is very difficult. 

7. Reduced cost

With blockchain, there is no need for third parties to make guarantees which means no need for extra fees. 

The flow of data or money is quicker because of the absence of middlemen and no paperwork needed.

Documentation, procedural delays, discrepancies or errors costs can be avoided and replaced by a much cheaper cost of the blockchain.

8. Increased speed

BLOCKCHAIN

Traditional transactions can take multiple days to complete while blockchain transactions can remarkably reduce transaction time.

Because blockchain is not hosted on a computer or a server it is hosted everywhere, every node connected to the network from different locations, so the system operates 24/7, which allows transactions to be made quickly and safely and that’s why blockchain does not face any downtime issue.

9. Improved market access 

The blockchain technology is offering a different business model along with all the advantages mentioned above which guarantee global markets to be more accessible.

To summer up, here is the keyword to keep in mind:  the blockchain technology is a decentralized, distributed database, compared to a giant, global spreadsheet that runs on millions and millions of computers in a secured, transparent, independent way.

It is also open-source and helps in reducing costs, transaction time and financial frauds.

Où en sont les femmes dans le monde Tech ?

Les femmes et la technologie, pourquoi il faut en parler?

Saviez-vous que derrière la première photographie d’un trou noir, se cache toute une équipe dont une femme qui a joué un rôle principal dans le développement de l’algorithme ayant permis de prendre cette photographie.
Pourtant, sa mise en avant pour cet exploit a fait polémique… 
“Une figure féminine n’est pas bien placée pour représenter un tel succès technologique !”
Voici pourquoi il faut en parler. En d’autres termes, les femmes sont présentes dans le domaine de la technologie, mais, elles sont souvent “écartées”.

femme sur PC
women in tech pisture

L’histoire de la femme et la technologie

L’histoire de la femme et celle de la technologie ne font qu’un. Même si les historiens ont omis de les mentionner dans leurs livres, les femmes sont bel est bien présentes dans la tech. Elles ont même contribué considérablement à la création et au développement de celle-ci. 
Les noms de ces femmes sont souvent absents des livres d’histoire, écrit par des hommes, ou dans les meilleurs des cités en minuscule. Mais quelqu’un a-t-il vraiment essayé de faire des recherches sur ces femmes cités dans les notes de pages ? La journaliste américaine Claire L. Evans, elle, a pris la peine de le faire. Et surprise ! Toutes ses femmes ont des histoires aussi intéressantes que les hommes sur qui des centaines livres ont été rédigés. De leurs histoires, Evans, a rédigé un livre en leur hommage.

Pourquoi, alors, on a décidé de les garder dans l’ombre ou même de les “supprimer” de l’histoire ? 
Une des raisons est que les femmes ont souvent travaillé sur des programmes. Et on le sait, la programmation est évolutive, les sites changent, se suppriment, se remplacent… Alors que l’ordinateur ou le smart-phone sont des objets stables. Ils évoluent, certes, mais restent bien présents. 
Bien sûr, le cadre socio-culturel a son importance. Si la société a décidé de donner aux hommes le mérite des avancées technologique, une fois que ce domaine a pris de l’ampleur, il était assez difficile pour les femmes de revendiquer la reconnaissance qu’elles méritent.

Situation actuelle 

La situation actuelle est nettement mieux. Les femmes réclament plus de reconnaissance et s’intéressent plus à ce domaine réservé aux hommes. 
À GoMyCode, par exemple, on a remarqué une augmentation du nombre de participantes atteignant plus de 30%. Aussi, une bonne partie de notre réseau d’instituteurs sont des femmes. Sans mentionner que nos deux responsables pédagogiques sont des femmes. Et on peut vous assurer qu’elle font du très bon travail ! 
“Le mythe du monde Tech masculin ne tient plus debout, il suffit de voir les participants à nos programmes pour comprendre que les femmes sont aussi intéressées par la Tech et douées en informatique que les hommes…” – Sarra Makhlouf 

students smiling
women in tech picture

Pourquoi le mythe persiste ?

La contribution des femmes a été oubliée par l’histoire, et ce, malgré leur contribution énorme envers le monde tech.
Nous pouvons en premier lieu pointer le doigt envers les compagnes de marketing lancées par les écoles et universités techniques.
Un homme devant un ordinateur, un homme souriant à son écran, un homme analysant une liste de data…. C’est toujours l’homme qu’on met en avant. Cependant, ceci commence à changer, mais on est encore très loin de l’idéal qu’on voudrait avoir. 
En deuxième lieu, on peut parler des fameux clichés. Un héritage duquel on refuse de se séparer.“Les femmes ne sont pas douées en tech”, “La Tech c’est pour les hommes”, “La femme ne sait pas manipuler un ordinateur” … Et on sait tous que ce que détruire toutes ces idées, soit changer les mentalités,n’est pas évident. 
Aussi, on peut penser à l’industrie du “Gaming”, le monde masculin par excellence ! On s’ébahit toujours devant une “Gameuse”qui a su introduire le monde virtuel des hommes…

Actions à prendre

On a tous une responsabilité pour détruire les vieux clichés ! Chacun, peu importe son genre, doit reconnaître que la femme a toujours eu, et ce, depuis des années, sa place dans la tech. Reconnaissons ses contributions passées et surtout actuel. 
La technologie est un monde merveilleux, passionnant et étonnant d’évolution, notre objectif doit être de la démocratiser et non de la restreindre à une certaine catégorie. 

Elles s’appellent Ruth Lichterman, Brenda Laurel, Grace Hopper Aude Barral, Clémence Franc, toutes ont contribué, ou contribuent en ce moment même, à l’évolution du monde Tech et pourtant, toutes sont oubliées. Cet oubli rend encore leurs exploits plus remarquables.

women in tech
women in tech

Il est temps de sortir ces soldats de l’ombre de leurs obscurité et de monter au grand jour que la femme leader en Tech existe. Elle a toujours existé ! 

Par quel langage de programmation commencer ?

Alors, vous avez enfin décidé d’apprendre à coder ! C’est génial… On vous y encourage énormément. Et pour vous donner un petit coup de pouce, on a décidé de vous aider à choisir le langage par lequel commencer.  Tout d’abord, commencez par vous poser les bonnes questions. Vous devez faire votre choix sur les réponses que vous allez avoir. 

Quel langage est le plus simple? 

Quel langage est le plus utile? 

Vieillesse et modernité d’un langage

Quel langage est le plus demandé ou populaire ? 

Frameworks et bibliothèques disponibles

Quel langage est le plus simple? 

Et oui ! Vous êtes encore débutant, vous n’allez pas commencer par le plus compliqué des langages.

On sait bien qu’il y a des gens qui préfèrent démarrer par des langages compliqués pensant que dans un futur proche, tous les autres langages leur paraîtront faciles. On n’est pas forcément d’accord avec cette stratégie, mais si vous en êtes convaincus, alors on vous souhaite bonne chance. Ça ne va pas être une tâche facile. 

Revenons-en à notre méthode, pourquoi un tel choix ? C’est évident ! On préfère commencer par des langages simples qui vous apprendront les bases de la programmation sans ajouter des éléments complexes qui vont juste vous compliquer la tâche. Et de là, vous allez être apte à passer à d’autres niveaux plus difficiles. Ceci vous épargnera des heures inutilement passées à essayer de comprendre des fonctions complexes et vous permettra de vous focaliser sur les vraies bases du développement. 

Python et JavaScript ont la réputation d’être les langages les plus simples. Effectivement, JavaScript a le mérite d’avoir une syntaxe simple, intuitive et flexible. Celle de de Python est très simple, tous les points-virgules, les parenthèses et les accolades… ne sont pas la bienvenue dans Python. Aussi, Python est apprécié pour ses types dynamiques et sa ressemblance avec le langage parlé. 

Pour plus de détails concernant JavaScript et Python, vous pouvez consulter les articles suivants :

TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR PYTHON

POURQUOI CHOISIR JAVASCRIPT

quote langage
Citation sur les langages

Quel langage est le plus utile? 

Il existe une panoplie de langages, en choisir un doit dépendre du projet sur lequel on projette de travailler ou du métier qu’on compte exercer prochainement. 

Vous le savez sûrement, chaque langage a un but et des utilisations bien précis. 

Si vous comptez : 

Créer votre site web 

Si vous souhaitez vous lancer dans le développement back-end vous on vous conseille PHP ou JavaScript (Node JS). Si c’est le front-end qui fera l’objet de votre choix, alors vous devrez plutôt opter pour HTML, CSS et encore une fois, JavaScript. 

Créer votre jeu vidéo 

Si votre jeu va tourner sur une console alors, on vous recommande C#. Mais si vous comptez mettre votre jeu en ligne, vous feriez mieux de choisir JavaScript, HTML et CSS.

Pour une application android iOS ou windows mobile

On vous propose JavaScript et les frameworks React Native ou Ionic. Ce choix vous permettra de lancer vos applications sur toutes les plateformes. 

Si vous vous êtes une personne curieuse et que vous voulez vous lancer dans plusieurs domaines alors nous préconisons Python et JavaScript encore une fois. Ce sont, en effet, les langages les plus polyvalents.

langages
les différents langages selon leurs utilisation développement web HTML PHP CSS jeu vidéo C# C++ Application React Native Ionic

JavaScript comme vous l’avez vu dans ce qui précède sert dans toutes les possibilités (Développement web back-end et front-end avec la création de Node JS, ou application mobile avec le framework de JavaScript : React Native utilisés par les fameux Facebook, Instagram et Uber…) . Et python, quant à lui, permet de faire du développement web et, surtout, c’est le langage clé pour les domaines en vogue, à savoir, le big data, la data science et l’intelligence artificielle. 

Vieillesse et modernité d’un langage

À quoi bon apprendre un langage “mort”. Si vous cherchez à être embauché sur-le-champ, et c’est sûrement le cas, vous devrez maîtriser les langages les plus modernes. Ce sont ces mêmes langages qui sont les plus prisés par le recruteur. 

Quel langage est le plus demandé ou populaire ? 

Choisir un langage populaire vous permettra d’intégrer sa communauté de développeurs sur le net. Avoir des personnes sur lesquelles compter pour vous expliquer un nouveau langage est essentiel. Sans mentionner le fait que les blogs, tutoriels vidéos et conseils concernant un langage répondu foisonnent sur le net. 

Il faut aussi, penser au langage le plus demandé sur le marché du travail, surtout si vous voulez entamer une carrière professionnelle dans le développement. 

Les langages les plus demandés durant ses dernière années, sur Github, sont :

ranking langages
Top 5 langages JS Python Java Ruby PhP

Frameworks et bibliothèques disponibles

La richesse de l’environnement d’un langage est aussi un facteur à prendre en considération.

Les frameworks vous permettent de créer des application complexes, mais facilement maintenables et de structurer une architecture flexible.

Les bibliothèques aussi sont souvent utilisées. C’est des codes réutilisables dans votre propre application, mais rédigés par une tierce personne.

Par exemple, Pkat est une bibliothèque Python, qui vous permettent de créer des interfaces graphiques, chose impossible avec le langage Python tout seul. On peut aussi citer React, un framework de JavaScript qui permet la a gestion de l’interface utilisateur.

Bref, vous l’avez probablement compris, la conclusion finale est telle que ; JavaScript et Python sont votre meilleur choix pour commencer à coder. Ce sont des langages alliant simplicité, utilité et polyvalence. Maintenant vous avez la motivation et le coup de pouce nécessaire pour commencer votre apprentissage, il ne vous reste plus qu’a sauter le pas !