On se pensait à l’abri, dans la chaleur de notre lit, en train de faire de beaux rêves…et ben, peut-être pas finalement!

Les chercheurs du Massa­chu­setts Insti­tute of Tech­no­logy (MIT) ont développé une technologie capable de “hacker”…nos rêves. Mais rassurez-vous, c’est pour notre bien, puisque cela permettrait de booster notre créativité.

Explications.

Le sommeil offre une opportunité pour stimuler la pensée créative en l’absence d’attention dirigée. Si seulement les rêves pouvaient être contrôlés.

Dream Lab, MIT

Selon le MIT, nous passons 1/3 de notre vie à dormir. Durant notre sommeil, nous sommes en partie inconscients. Le problème, c’est que n’avons pas accès à cet inconscient. Or celui-ci recèle de nombreuses clés de notre créativité comme la consolidation de la mémoire, la génération de visons créatives, la régulation des émotions, qui sont étroitement liés à nos rêves.

“Dans ce projet, nous explorons des moyens d’augmenter la créativité humaine en étendant, en influençant et en capturant les rêves lors de la première phase du sommeil. Il est actuellement impossible de nous forcer à être créatifs car tant d’associations d’idées créatives se produisent en l’absence de contrôle exécutif et d’attention dirigée. Le sommeil offre une opportunité pour stimuler la pensée créative en l’absence d’attention dirigée. Si seulement les rêves pouvaient être contrôlés” explique le dream lab du MIT, qui a développé une technologie unique pour pouvoir accéder et prendre le contrôle de nos rêves, appelée Dormio.

D’Edison, Dali, Tesla et Poe à Dormio

En effet, selon les scientifiques du MIT, pendant le sommeil, une fenêtre d’opportunité se présente sous la forme d’hypnagogie, un état de sommeil semi-lucide où nous commençons tous à rêver avant de tomber complètement inconscient. Cette hypnagogie se caractérise par une “imprévisibilité phénoménologique, une perception déformée de l’espace et du temps et une association d’idées spontanée et fluide”.

Thomas Edison, Nikola Tesla, Edgar Allan Poe et Salvador Dalí ont tous accédé à cet état “pour capturer des idées créatives générées par des micro-rêves hypnagogiques”. Le procédé est simple: Tous faisaient une sieste avec un objet métallique à la main. Une fois la phase d’hypnagogie passée, le corps se relâche et l’objet métallique tombe au sol les réveillant, ce qui leur permettait de garder à l’esprit les idées créatrices rêvées lors de cette phase.

C’est en s’inspirant de ces exemples, qu’est venue à l’esprit des chercheurs du MIT de lancer Dormio.

La créativité humaine … découle de l’accès aux forces sous-jacentes et inconscientes

Eric Kandel – Prix Nobel de Physiologie ou de Médécine

“Dans ce projet, nous modernisons cette technique, en utilisant un ‘robot social interactif’ accompagné d’un système de suivi des stades du sommeil, personnalisé et d’un biofeedback auditif. Nous avons été capables d’influencer, d’extraire des informations et d’étendre les micro-rêves hypnagogiques pour la première fois: nous avons constaté que l’utilisation active de l’hypnagogie avec ce système peut augmenter la créativité humaine” assure le Dream Lab du MIT.

Pour les chercheurs, dans la vie “éveillée”, il est extrêmement difficile de se concentrer et de “nous forcer à être créatifs car une grande partie de notre association d’idées désinhibée et de l’incubation créative se produit en l’absence d’attention dirigée (…) L’attention elle-même comporte des filtres et des censeurs qui inhibent certaines idées créatives que notre conscience juge trop atypiques. Si les rêves pouvaient être contrôlés, le sommeil offrirait une opportunité pour susciter des pensées divergentes en l’absence d’attention dirigée et de contrôle cognitif”.

Comme un gant

Le gant développé par le Dream Lab du MIT pour suivre et “hacker” votre sommeil
Credit:Oscar Rosello

La technologie développée par le MIT, Dormio, a la forme d’un gant. Celui-ci suit les rythmes du sommeil et ses états jusqu’à hypnagogie. A cette étape, les chercheurs du MIT envoient des signaux sonores sous forme de mots comme “Lapin” ou “Fourchette”: “nous avons constaté que chez les sujets que nous avons testés, ces mots sont entrés de manière fiable dans les rêves hypnagogiques en tant que contenu de rêve (…) et que l’utilisation active de l’hypnagogie avec le système Dormio peut augmenter la créativité humaine mesurée par la flexibilité, la fluidité, l’élaboration et l’originalité de la pensée” se félicitent les chercheurs.

Dormio a déjà été testé sur 65 volontaires. Si la première étude sur 15 sujets a été une réussite, une deuxième étude à autour de cette expérimentation de “l’incubation de rêves et de l’augmentation de la créativité” sera publiée sous peu assure le MIT.

“Nous avons encore beaucoup de travail à faire! Bien que nous soyons inspirés par les résultats avec les ~ 15 personnes qui ont utilisé Dormio jusqu’à présent, nous devons augmenter le nombre de tests pour être sûr des capacités du système. Deuxièmement, nous voulons tester si le contenu que nous acceptons dans les micro-rêves hypnagogiques se transfère dans le contenu du rêve fait lors du sommeil paradoxal. Troisièmement, nous voulons tester la mémoire, l’apprentissage et l’effet de régulation des émotions du contenu hypnagogique accepté comme méthode de réactivation de mémoire ciblée” concluent les chercheurs du MIT.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *